Le ralentissement de la reprise de l’emploi nécessite une intervention urgente du gouvernement, selon les syndicats du Canada

OTTAWA, 06 nov. 2020 (GLOBE NEWSWIRE) -- La croissance de l’emploi au Canada montre des signes de ralentissement et les syndicats du Canada demandent au gouvernement fédéral de présenter rapidement son plan pour enrayer le chômage de longue durée.

Les dernières données sur l’emploi publiées ce matin par Statistique Canada dans son Enquête sur la population active indiquent un affaiblissement du regain de l’emploi. L’enquête montre un ralentissement de la reprise, avec une augmentation de l’emploi de seulement 0,5 pour cent en octobre, ce qui est en déclin considérable par rapport aux mois d’été. Le taux de chômage se situe actuellement à 8,9 pour cent et le chômage de longue durée a fortement augmenté en septembre et octobre.

« L’augmentation du chômage de longue durée signifie que davantage de travailleurs et travailleuses sont à risque d’être coupé du marché du travail, ce qui nuit durablement aux compétences, aux revenus et aux possibilités », déclare Hassan Yussuff, président du Congrès du travail du Canada. « Le gouvernement fédéral a donné l’assurance à la population canadienne qu’il s’engageait à créer un million de nouveaux emplois, et c’est d’une importance cruciale. Le temps file pour des centaines de milliers de travailleurs et travailleuses qui assistent à la détérioration de leurs perspectives d’emploi en pleine deuxième vague de la pandémie, qui ne montre aucun signe de ralentissement », explique-t-il.

Les syndicats du Canada demandent au gouvernement fédéral de fournir des détails sur ses engagements lorsqu’il déposera sa prochaine mise à jour budgétaire.

Tout près de 50 000 personnes travaillant dans le secteur déjà durement touché de l’hébergement et de l’hôtellerie ont perdu leur emploi en octobre. La reprise de l’emploi dans diverses industries, y compris la construction, le transport et l’entreposage, demeure au point mort.

La dernière enquête montre également que les travailleuses et travailleurs de couleur accusent un taux de chômage plus élevé (11,7 %) que d’autres qui ne sont pas autochtones ou racialisés. 

Les femmes de divers milieux continuent également de connaître des taux d’emploi disproportionnellement plus faibles que les hommes; les femmes racialisées sont encore plus désavantagées. 

Pour en connaître davantage sur les investissements directs demandés par le CTC, visitez le site plancanadien.ca.

Pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec :
Relations avec les médias, CTC
media@clcctc.ca
613-526-7426