Le rôle d’Amazon dans la pollution plastique de nos océans

L’entreprise a généré plus de 211 millions de kilogrammes de déchets en emballages plastiques en 2019, selon un rapport d’Oceana

Oceana exhorte Amazon à aborder sa contribution au désastre du plastique qui dévaste les océans et la vie marine, et offrir à sa clientèle des choix sans plastique.

TORONTO, 15 déc. 2020 (GLOBE NEWSWIRE) -- Oceana publie aujourd'hui un rapport fondé sur l’analyse des données d'emballage du commerce électronique, qui révèle qu' Amazon a généré 211 millions de kilogrammes de déchets en emballages plastiques l’an dernier. Ce chiffre comprend les coussins d'air, le papier bulle et d'autres emballages en plastique inclus dans les quelque sept milliards d'emballages livrés par Amazon en 2019, selon les informations diffusées dans les médias.1 Ce rapport révèle aussi que parmi le volume estimé d'emballages plastiques d' Amazon , les coussins d'air, à eux seuls, feraient plus de 500 fois le tour de la Terre.

En combinant les données sur l’emballage du commerce électronique et les résultats d'une étude publiée récemment dans Science,2 le rapport a aussi estimé que jusqu’à 10,18 millions de kilogrammes d’emballages plastiques d' Amazon sont entrés et ont pollué les écosystèmes d'eau douce et marine du monde en 2019, ce qui équivaut au déversement du contenu d’un camion de livraison dans les océans toutes les 70 minutes.

Il a également été constaté que l'empreinte plastique d’ Amazon est disproportionnée au Canada, générant environ 21,3 millions de kilogrammes de déchets plastiques au pays en 2019 – soit 1,2 fois plus qu'en Inde, et plus que le Japon, le Brésil, l'Espagne et le Mexique réunis. Le géant de la vente en ligne a occupé 48 % du marché canadien du commerce électronique, avec des ventes estimées à plus de 9 milliards de dollars canadiens en 2019.

«  Amazon est omniprésent au Canada. Malheureusement, il en va de même pour les emballages plastiques, qui représentent environ la moitié de nos déchets plastiques totaux » a déclaré Josh Laughren, Directeur exécutif d'Oceana Canada. « Étant donné la valeur qu' Amazon obtient des consommateurs canadiens - y compris des habitants des communautés isolées, où peu d'autres options sont disponibles - il a l'obligation morale de proposer des emballages sans plastique afin de s'assurer que ses activités ne se fassent pas au détriment de la santé de nos océans et de notre environnement ».

« Le volume de déchets plastiques générés par cette entreprise est stupéfiant et augmente à un rythme effarant, » fait remarquer Matt Littlejohn, Vice-président principal d'Oceana. « Notre étude a révélé que les emballages de plastique et les déchets générés par les emballages d' Amazon aboutissent pour la plupart non pas au recyclage, mais à l’enfouissement, à l'incinération ou dans l'environnement, y compris dans nos voies navigables et nos océans, où le plastique peut nuire à la vie marine. Il est grand temps pour Amazon d'écouter ses clients qui, selon des sondages récents, veulent des choix sans plastique, et de prendre de véritables engagements pour réduire son empreinte plastique. »

Le plastique est une source de pollution majeure et dévastatrice pour les océans du monde entier. De récentes études ont estimé que 90 % de tous les oiseaux de mer3 et 52 % de toutes les tortues de mer4 ont ingéré du plastique. Les tortues de mer et d’autres animaux marins croient que le type de plastique utilisé par Amazon est de la nourriture, ce qui peut s'avérer fatal. Des rapports scientifiques ont estimé que seulement 9 % de tout le plastique jamais produit a été recyclé; 91 % ayant abouti dans les sites d’enfouissement, incinéré ou retrouvé dans l'environnement, y compris dans les océans.5 La crise de la pollution plastique, qui s'aggrave rapidement, doit être résolue par les grands pollueurs comme Amazon , qui doivent prendre des mesures concrètes pour réduire les plastiques plutôt que de faire des déclarations vides de sens sur le recyclage.

Le rapport indique que le type de pellicule plastique souvent utilisé dans les emballages d’ Amazon n'est en fait pas recyclé, malgré les déclarations de recyclabilité de l’entreprise. La plupart des programmes municipaux de recyclage au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni n'acceptent pas ce type de plastique.

Le rapport a aussi mis en lumière les informations suivantes :

  • L’immense majorité des clients d' Amazon souhaite que l'entreprise réduise ses emballages plastiques. Oceana a réalisé un sondage auprès de plus de 5 000 clients d' Amazon au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni en 2020 et a découvert que 86 % d'entre eux étaient préoccupés par la pollution plastique et son impact sur les océans; 92 % se disaient mécontents que le recyclage du plastique ne fonctionne pas; et 87 % souhaitaient qu' Amazon et d'autres grands détaillants en ligne proposent des choix d'emballages sans plastique lors des commandes.
  • Contrairement à d'autres entreprises qui cherchent à s'éloigner du plastique, Amazon semble privilégier l'utilisation accrue des « emballages flexibles » en plastique. Il a déclaré utiliser ces emballages flexibles pour contribuer à la protection du climat et de l'environnement6, mais n'a pas rendu publiques les données soutenant cette affirmation, ni divulgué son empreinte plastique.
  • Amazon a déjà démontré qu'il pouvait réduire rapidement les emballages plastiques à très grande échelle. Après que l'Inde7 ait adopté une loi pour lutter contre la pollution plastique, Amazon a éliminé les emballages plastiques des centres de traitement en Inde et les a remplacés par une enveloppe légère en papier qui aurait déjà été utilisée 100 millions de fois8. Amazon n'a pourtant toujours pas implanté cette initiative à l'échelle de l'entreprise pour résoudre son problème de plastique.
  • Il est attendu que l’empreinte d’ Amazon en matière de déchets plastiques et de pollution augmente de manière drastique, étant donné les récentes estimations des analystes selon lesquelles les ventes de cette entreprise auront augmenté de plus d'un tiers en 2020.9

Le rapport d’Oceana exhorte Amazon à réduire sa pollution plastique, et à :

  • Écouter ses clients : à titre de mesure immédiate, Amazon devrait répondre aux demandes de sa clientèle et offrir une option d’emballage sans plastique lors des commandes.
  • Faire preuve d'une transparence totale et assumer la responsabilité de son empreinte plastique et son impact environnemental, comme il l'a déjà fait pour les changements climatiques. Amazon devrait régulièrement divulguer les données relatives à son empreinte plastique. Ces données devraient être vérifiées de manière indépendante.
  • Éliminer les emballages de plastique comme il l’a déjà fait en Inde. Amazon devrait aussi augmenter le nombre de produits expédiés dans des contenants réutilisables et adopter des politiques qui réduisent de manière concrète et vérifiable la pollution plastique, plutôt que de faire des déclarations vides de sens sur la « recyclabilité ».

Pour consulter le rapport complet d’Oceana (en anglais), veuillez visiter le oceana.org/PlasticFreeAmazon. Pour en savoir plus à propos de la campagne d’Oceana pour réduire le plastique (en anglais), visitez oceana.org/plastics. Pour en savoir plus sur la campagne d’Oceana Canada pour mettre fin au désastre du plastique, visitez oceana.ca/plastiques.

Oceana est la plus grande organisation internationale vouée exclusivement à la conservation des océans. Oceana contribue à rebâtir l’abondance et la biodiversité des océans en influençant les politiques fondées sur la science dans les pays qui contrôlent un tiers des prises de poissons sauvages du monde. Avec plus de 225 victoires qui ont permis de mettre fin à la surpêche, à la destruction et la pollution des habitats, et à la mort d’espèces comme les tortues et les requins, Oceana mène des campagnes qui donnent de véritables résultats. Le rétablissement des océans signifie qu’un milliard de personnes pourraient profiter d’un repas sain venant de la mer, et ce chaque jour jusqu’à la fin des temps. Ensemble, nous pouvons sauver les océans et aider à nourrir le monde entier.

Établie en 2015, Oceana Canada est une organisation caritative indépendante qui fait partie de la plus grande organisation internationale vouée exclusivement à la conservation des océans. Les efforts de sensibilisation d’Oceana Canada ont notamment contribué à mettre fin au commerce des nageoires de requins, faire du rétablissement des populations de poissons épuisées une obligation légale, améliorer la façon dont les pêches sont gérées, et protéger les habitats marins. Nous travaillons avec la société civile, les universitaires, les pêcheurs, les populations autochtones et le gouvernement fédéral afin d’aider les océans canadiens à retrouver leur santé et leur abondance d’autrefois. En assurant la restauration des océans canadiens, nous fortifierons nos communautés, profiterons de plus grands avantages sur les plans économique et alimentaire, et protégerons notre avenir.

Contacts: Tammy Thorne, Oceana Canada, tthorne@oceana.ca, 437-247-0954 et Kathleen Munro, Pilot PMR, kathleen.munro@pilotpmr.com, 902-789-3165.


Pour voir les photos associées à ce communiqué, veuillez consulter les liens suivants :

https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/5ebe7834-ceb6-42a8-bbf0-b0f0bb9e3566/fr

https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/aa3a51b9-0819-47a5-ac3c-cc585d834386/fr

https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/59f421e6-f411-4eb1-9bb7-d25f5d2bb3b4/fr

Une vidéo accompagnant ce communiqué est disponible à :

https://www.globenewswire.com/NewsRoom/AttachmentNg/14f4a484-1d09-407d-9dd8-0905619f79c6/fr


1 Amazon a annoncé avoir livré 3,5 milliards de paquets par le biais de ses propres réseaux en 2019. Lors de reportages subséquents via Vox, US News et d’autres médias, des porte-parole d’ Amazon ont déclaré que ce chiffre représentait « environ la moitié » du volume d’expédition total de l’entreprise (le reste étant livré par des transporteurs externes comme UPS).
2 Borrelle SB, Ringma J, Law KL et.al. (2020) Predicted growth in plastic waste exceeds efforts to mitigate plastic pollution. Science 369 (2020), 1515–8. DOI: 10.1126/science.aba3656
3 Kühn S and van Franeker JA (2020) Quantitative overview of marine debris ingested by marine megafauna. Marine Pollution Bulletin 151 : 110858. doi : 10.1016/j.marpolbul.2019.110858
4 Wilcox C, Puckridge M, Schuyler Q, Townsend K and Hardesty B (2018) A quantitative analysis linking sea turtle mortality and plastic debris ingestion. Scientific Reports 8 (2018), 12536. doi: 10.1038/s41598-018-30038-z. Available: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6137038/. Accessed Sep 20, 2020.
https://advances.sciencemag.org/content/3/7/e1700782#:~:text=Of%20this%2C%20approximately%20800%20Mt,2).
6 Houchens K (2020) Amazon : Addressing the challenges of e-commerce. Packaging Europe. 10 Mars 2020. Disponible au https://packagingeurope.com/amazon-addressing-the-challenges-of-e-commerce/. Accessed Sep 20, 2020
7 -- (2020) Amazon India successfully eliminates 100% single-use plastic in packaging across its Fulfilment Centers. Amazon , 29 June 2020. Disponible au: https://blog.aboutamazon.in/sustainability/amazon-india-successfully-eliminates-100-single-use-plastic-in-packaging-across-its-fulfilment-centers#:~:text=Sustainability-,Amazon%20India%20successfully%20eliminates%20100%25%20single%2Duse%20plastic%20in%20packaging,an%20environmentally%20sustainable%20supply%20chain. Accessed Sep 20, 2020.
8 https://www.aboutamazon.com/news/sustainability/the-big-ideas-and-tiny-details-behind-amazons-new-recyclable-mailer 
9 https://finance.yahoo.com/quote/AMZN/analysis