Le Québec dénature l’épidémie de maladies pulmonaires aiguës liées au vapotage (MPALV) pour justifier sa proposition politique

MONTREAL, 15 déc. 2020 (GLOBE NEWSWIRE) -- Le mercredi 9 décembre, le ministre Christian Dubé a annoncé son projet de politique visant à réglementer davantage le vapotage. Le ministre Dubé a cité l'augmentation des taux de vapotage chez les jeunes et l'épidémie de maladie pulmonaire américaine MPALV comme justifications pour les restrictions prohibitives. L'Association canadienne du vapotage (ACV) a partagé à plusieurs reprises les articles scientifiques disponibles avec le gouvernement du Québec et les autorités sanitaires, démontrant que l'épidémie n'était pas causée par le vapotage de nicotine. L’ajout des MPALV dans l’annonce du ministre Dubé montre que ces règlements ne sont pas enracinés dans les faits ou la science, et que sa proposition repose sur la désinformation et l’ignorance entourant le vapotage.

Il a été découvert que l'acétate de vitamine E était la cause des MPALV et qu'il est un ingrédient interdit en vertu du RPCC 2001 dans les e-liquides canadiens réglementés. L'acétate de vitamine E n'a jamais été utilisé par des fabricants de e-liquides réputés. Le Center for Disease Control and Prevention (CDC) a conclu que les produits de cannabis illicites du marché noir utilisaient de l'acétate de vitamine E comme agent épaississant.

Le Dr Michael Siegel, professeur de sciences de la santé à l’École de santé publique de l’université de Boston, a été parmi les premiers à identifier les produits illicites de cannabis comme coupables. Il a testé des échantillons de tissus pulmonaires provenant de 29 cas, et tous les 29 (100%) contenaient de l'huile d'acétate de vitamine E.

De nombreux chercheurs ont déclaré qu'en raison du faible pourcentage de patients ayant déclaré n'avoir jamais consommé de produits du cannabis, il est probable que ces derniers aient hésité à déclarer avoir consommé une substance illégale dans une grande partie des États-Unis. Le CDC a depuis confirmé que l'épidémie était causée par le vapotage de cannabis et non par la nicotine. De plus, le CDC a testé des centaines d'e-liquides disponibles et aucune trace d'acétate de vitamine E n'a été trouvée.

"Ceci est important, car bien que tous les patients n’ait pas admis utiliser du THC, la découverte d'acétate de vitamine E dans leurs poumons prouve essentiellement qu'ils vapotaient effectivement des huiles de THC", a déclaré Siegel en se référant à ses découvertes. «Cela ne veut pas dire qu'ils mentaient; ils peuvent simplement ne pas savoir ce que contenait le produit qu'ils vapotaient, d'autant plus que la plupart de ces produits sont achetés sur le marché noir ou obtenus d'amis ou de revendeurs », a-t-il ajouté.

Les médias n'ont pas tardé à pointer du doigt les produits de vapotage à la nicotine comme étant la cause, mais n'ont pas signalé le lien avec les produits du cannabis aussi vigoureusement. Même après que les produits du cannabis du marché noir aient été identifiés comme étant la cause, les médias ont continué à utiliser le terme vapotage sans clarification ni distinction. Cette désinformation et la confusion du public ont provoqué un effet d'entraînement dans le monde entier, 50% des personnes croyant à tort que le vapotage est au moins aussi nocif que le tabagisme.

Alors que l'Amérique du Nord a tardé à adopter le vapotage comme outil de réduction des méfaits, le Royaume-Uni a été progressiste. Cependant, la désinformation nord-américaine concernant les MPALV a forcé Public Health England à faire une série de déclarations rassurant le public. Dans l'une de ces déclarations, Public Health England a déclaré: «La croyance erronée selon laquelle les cigarettes électroniques sont plus nocives que le tabagisme a augmenté rapidement chez les fumeurs britanniques à la suite de l'épidémie de lésions pulmonaires aux États-Unis à l'automne 2019. Les autorités américaines ont maintenant confirmé que l'acétate de vitamine E, un épaississant ajouté aux produits de vapotage de cannabis était l'une des principales causes de l'épidémie aux États-Unis. Cette substance est interdite dans les produits de vapotage à la nicotine réglementés au Royaume-Uni. »

De plus, une recherche de la Yale School of Public Health a révélé, dans l’étude « Association of Vaping ‐ Related Lung Injuries with Rates of E‐cigarette and Cannabis Use Across US States », que l'épidémie n'était pas causée par la nicotine ou les produits de cannabis réglementés, mais plutôt par des produits de cannabis illicites du marché noir qui ont inondé le marché en raison des interdictions de saveur. Les chercheurs ont déclaré que c’était la prohibition qui créait un marché noir florissant.

«Bien que le vapotage de nicotine ne soit pas la cause de l'épidémie de MPALV, il devrait servir d'avertissement sur les dangers du marché noir. La politique proposée par le ministre Dubé forcera non seulement des milliers de Québécois à recommencer à fumer, mais élargira également le marché noir. Les vendeurs illicites ne sont pas soumis à la loi de vérification de l'âge ou aux normes de fabrication. Si cette politique est mise en œuvre, le ministre Dubé doit reconnaître qu'il sera responsable de la mise en danger de la santé publique », a déclaré Darryl Tempest, directeur général de l’ACV.

Pour plus de renseignements, veuillez contacter:

John Xydous
Directeur régional
jxydous@thecva.org
+1 514 701.7127