La Financière de l’Echiquier: Craintes

Marc Craquelin, Directeur de la Gestion d'Actifs, La Financière de l’Echiquier

Marccraquelin
Marc Craquelin

Semaine de recul des marchés actions, marquée par le retour de plusieurs craintes sur le devant de la scène.

Craintes au sujet d’une issue défavorable du referendum au Royaume-Uni d’abord, plusieurs sondages mettant le scénario « Brexit » en tête des intentions de vote. Cette mauvaise surprise a conduit à un net affaiblissement de la livre et des valeurs domestiques britanniques, alors que l’indice Footsie 100, largement constitué de sociétés internationales, résistait mieux.

Craintes au sujet d’une éventuelle récession aux Etats-Unis ensuite. Le rapport emploi de mai a choqué par sa grande faiblesse : seulement 38 000 créations d’emplois, une révision à la baisse de 59 000 emplois sur mars et avril, et une durée hebdomadaire de travail en léger déclin. Il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives de ce rapport emploi, d’autant qu’une grève chez l’opérateur téléphonique Verizon Comm. a coûté environ 35 000 emplois (aux Etats-Unis, les grévistes ne sont pas pris en compte dans les statistiques de l’emploi).

Mais on peut craindre que les entreprises américaines, confrontées à des pressions baissières sur leurs marges en raison de leur faible productivité et des hausses salariales, ne commencent à s’ajuster sur l’emploi, après avoir déjà réduit leurs dépenses d’investissement.

Il apparaît donc que le taux de croissance du PIB américain sera cette année probablement plus proche de 1,5-2,0% que des 2,0-2,5% intégrés par le consensus. Il faut de ce fait s’attendre à un travail de révision en baisse des anticipations même si les craintes de récession sont à ce stade très exagérées.