Keith Wade (Schroders): Les investisseurs pourront-ils toujours compter sur les banques centrales pour voler à leur secours?

Keithwade
Keith Wade

Malgré les mises en garde adressées par le FMI concernant les risques du Brexit pour l’économie mondiale, les marchés des actions sont repartis à la hausse et l’indice mondial MSCI a retrouvé son niveau d’avant le référendum britannique. La réaction des banques centrales a été déterminante pour ce rallye. Alors que l’on se demandait à la veille du référendum si les banques centrales avaient encore des munitions monétaires en réserve, elles ont apparemment sauvé une nouvelle fois les marchés financiers, comme l’explique Keith Wade, économiste en chef chez Schroders dans un nouveau Economic & Strategy Viewpoint.

Les perspectives de croissance restent néanmoins faibles et le Brexit a accru les risques à la baisse qui influenceront non seulement le Royaume-Uni, mais aussi le reste de l’Union européenne. Les marchés des actions ignorent cependant ces risques et comptent sur les banques centrales pour leur venir en aide. Cela ne signifie pas que le récent rallye soit irrationnel. S’il est vrai qu’un taux faible n’a qu’un impact minime sur l’économie, il peut en revanche doper les prix des actifs.

Cependant, l’appel à mener une politique budgétaire expansive, qu’elle soit financée ou non par un hélicoptère monétaire, comporte peut-être un danger plus grave pour les marchés financiers. Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a annoncé un accroissement sensible des dépenses publiques et le nouveau gouvernement britannique a l’air de vouloir prendre ses distances par rapport à la politique d’austérité de son prédécesseur.

Un accroissement des dépenses publiques peut relancer la croissance économique. Mais l’accroissement de l’activité économique et l'aggravation du déficit budgétaire augmenteront la pression sur les rendements obligataires et rendront plus raide la courbe des taux. Il en résultera un déséquilibre sur les marchés des actions, à cause du coup ainsi porté aux ressorts de ces marchés. Les investisseurs doivent revoir leur stratégie: les actions cycliques deviennent plus attrayantes, mais les rendements plus élevés fausseront la donne sur le marché, parce que les investisseurs revendront leurs bond proxies. Stimuler la croissance économique au moyen d'une politique budgétaire expansive est une idée qui semble séduisante, mais cela ne fera en fin de compte qu’augmenter la volatilité sur les marchés financiers.