La fin des pouvoirs monétaires surhumains

Par Hans Stegeman, Head of Research & Investment Strategy, et Joeri de Wilde, Investment Strategist, Triodos Investment Management

Hansstegeman
Hans Stegeman
La raison la plus importante du sentiment positif des investisseurs en 2019 a été le retournement des politiques de la banque centrale au début de l'année. Cependant, nous pensons que les investisseurs surestiment la capacité des banques centrales à continuer à faciliter la croissance économique.

Les politiques monétaires approchent leurs limites, ce qui rendra les banques centrales plus réticentes à mettre en œuvre des mesures d'accommodement supplémentaires. À l'avenir, l'économie mondiale ne pourra plus compter sur les pouvoirs monétaires surhumains des banquiers centraux.

Les effets indésirables d'un assouplissement excessif sont des rendements élevés irréalistes sur les marchés financiers, qui ne profitent qu'aux investisseurs et aux multinationales et accroissent donc l'inégalité des richesses dans le monde. Toutefois, à mesure que les politiques d'assouplissement se poursuivent, la question se pose de savoir si et pendant combien de temps les mesures supplémentaires seront efficaces.

La raison la plus importante de cette diminution présumée de l'efficacité des banques centrales est la baisse du taux d'intérêt naturel. Étant donné que le taux d'intérêt naturel a fortement baissé dans toutes les économies développées au cours des vingt dernières années et qu'il est proche de zéro, il reste peu de place pour des réductions supplémentaires des taux d'intérêt. Actuellement, la BCE et la BoJ déploient déjà des taux d'intérêt négatifs, et la Fed se rapproche de zéro.

Il est temps de reconnaître que l'ère des banquiers centraux surhumains touche à sa fin. Ce n'est pas une coïncidence si la Fed et la BCE sont toutes deux en train de procéder à un examen stratégique, alors qu'elles cherchent des moyens supplémentaires pour remplir leur mandat. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, et le président de la Fed, Jerome Powell, ont également suggéré récemment que les gouvernements interviennent pour compléter les politiques monétaires. Les banquiers centraux semblent se rendre compte que leurs mesures actuelles perdent de leur efficacité et devraient être appliquées avec prudence. La récente décision de la banque centrale suédoise, qui a mis fin à cinq années de taux d'intérêt négatifs, pourrait être le signe que les banques centrales vont mettre un frein à un nouvel assouplissement dans un avenir proche. Aux États-Unis, la Fed a fait allusion au maintien des taux d'intérêt inchangés en 2020.

Une nouvelle réalité

La principale question qui se pose maintenant est la suivante : quand les investisseurs vont-ils enfin se rendre compte que les banquiers centraux ont perdu leurs pouvoirs monétaires surhumains ? Lorsque cela arrivera, le sentiment des investisseurs changera rapidement.

Une nouvelle réalité consiste à reconnaître le fait que la croissance économique et donc les rendements des marchés sont de plus en plus financiarisés. La croissance de la productivité du travail s'est ralentie ces dernières années, signe que les investissements ne sont pas utilisés de manière productive. La seule façon de contrer cette évolution est de mettre en œuvre un programme d'investissement qui soutienne la transition vers un monde plus durable. Cela signifie qu'il faut se concentrer sur les investissements dans l'atténuation et l'adaptation au climat et sur la réalisation des objectifs de développement durable, tels que le pacte vert européen, au cours des dix prochaines années.

En fin de compte, toutes ces transitions devraient conduire à un nouveau système basé sur l'économie écologique, qui reconnaît "l'importance fondamentale des services de la nature et des fondements biophysiques des économies humaines". Les politiques monétaires pourraient également soutenir activement cette transition indispensable si elles étaient "vertes", c'est-à-dire transformées en mesures qui facilitent une croissance économique durable en s'attaquant aux problèmes les plus urgents pour les générations futures.

La prudence est de mise

L'un des moteurs de l'optimisme des investisseurs au dernier trimestre de 2019 est la confiance illimitée dans les banques centrales. Bien que les politiques monétaires soient déjà très souples, les investisseurs continuent d'attendre que les banques centrales interviennent chaque fois que cela semble nécessaire. Compte tenu des récentes déclarations relativement fauconnières de la Fed, les chances qu'elles soient déçues augmentent. De plus, les mesures prises par les banques centrales perdent probablement de leur efficacité et les incertitudes géopolitiques (conflit commercial entre les États-Unis et la Chine, tensions avec l'Iran, Brexit) ont pratiquement disparu. Combiné à une stagnation de la croissance mondiale, cela nous rend tactiquement prudents en matière d'actions, car une allocation plus défensive est le meilleur moyen de se prémunir contre les corrections du marché qui ne se sont pas encore matérialisées mais qui, à notre avis, se rapprochent.

Les rendements des obligations d'État ont légèrement augmenté au cours du quatrième trimestre, ce qui montre une diminution de l'appétit pour les investissements de type "safe haven". Nous sommes d'accord sur le fait que les risques de récession pour l'avenir immédiat ont quelque peu diminué, mais nous prévoyons une période prolongée de stagnation de la croissance. Dans cet environnement de faible croissance, la matérialisation de l'un des nombreux risques géopolitiques pourrait avoir un impact sévère sur le marché. Notre allocation de titres à revenu fixe reste donc globalement neutre et, bien que l'augmentation des liquidités rende les défaillances moins probables, la persistance d'une faible croissance nous fait préférer des obligations d'entreprises de grande qualité.