Temps difficiles pour le marché des actions britanniques

Mike Felton, gestionnaire de fonds chez M&G

Personne ne s’attendait à ce que le FTSE-100 augmente de près de 4% dans la semaine suivant le Brexit. Presque trois quarts du chiffre d'affaires du FTSE-100 est réalisé à l'extérieur du Royaume-Uni et tire maintenant profit d’une livre sterling faible. Cependant, tous les secteurs n’en profitent pas. Les secteurs qui font du commerce international en dollar américain – les énergies fossiles, les mines, les produits pharmaceutiques et la plupart des biens de consommation – s’en sortent bien. Mais les joueurs sur le marché national – le secteur financier, le commerce de détail, le logement, l'immobilier et les loisirs – sont mis à mal et ont perdu à court terme entre un cinquième et un tiers de leur valeur.

Brexitdollar

Nous sommes encore au début du Brexit. La confiance est affectée : celle des consommateurs au sujet des salaires et de la sécurité d'emploi et celle du marché dans un contexte politique nécessitant des décideurs fermes. En outre, les préoccupations macro-économiques perdurent : la bulle chinoise, la croissance américaine souffrant d’anémie, les dettes publiques grecques et portugaises, les banques italiennes, le déclin des pays producteurs de pétrole, le terrorisme et les élections américaines prochaines. Nous sommes inquiets au sujet du secteur minier, du secteur bancaire, de la surestimation effectuée par Wall Street et du manque de perspectives de croissance durables en Europe.

Cependant, nous apercevons quelques lueurs d’espoir. Hormis les très gros revenus aux USA, un certain nombre de sociétés de taille moyenne de qualité tireront bénéfice des taux bas de la livre sterling. En outre, certaines sociétés britanniques sont d’autant plus attirantes pour les acquéreurs étrangers.

Bien que la situation actuelle au Royaume-Uni à la suite du référendum soit loin d’être idéale, tout n’est pas perdu. Le marché britannique, avant le vote, avait déjà souffert de période prolongée de flux de capitaux. Le Brexit a inévitablement frappé les prix, néanmoins, la faible évaluation devrait aider à amortir le choc et la faiblesse de la livre sterling est en réalité positive pour de nombreux secteurs du marché.