Il est temps de faire des réserves d’or

Guidobarthels
Guido Barthels

Dans ce “Commentaire de Marché” mensuel d’ETHENEA, Guido Barthels, Portfolio Manager, ETHENEA Independent Investors S.A., et Yves Longchamp, Head of Research, ETHENEA Independent Investors (Schweiz) AG, donnent leur vision sur l’or.

Dans un monde occidental considéré comme sûr, plus personne ne songe à faire des réserves. De même, bon nombre d’investisseurs ont négligé l’or. Cependant, les mesures d’assouplissement monétaire massives des banques centrales bouleversent les mécanismes de marché. Quel rôle l’or peut-il jouer aujourd’hui?

Les politiques monétaires persistantes des banques centrales appliquent des taux négatifs ou a minima extrêmement bas. Conjuguées à des manipulations de marché, ces politiques se traduisent par une dégradation continue de la confiance vis-à-vis de la stabilité des devises. Jusqu’à présent, il s’agit d’une dégradation de la confiance, et pas d’une perte de confiance. Toutefois, les inquiétudes entourant la capacité des banques centrales à maîtriser leurs expériences monétaires sont de plus en plus nombreuses.

Faits et mythes

L’or a été utilisé comme moyen de paiement courant pendant des millénaires, la plupart du temps sous forme de pièces. Jusque tard dans le XXe siècle (1971), en vertu des accords de Bretton Woods, la valeur des devises était fixée par rapport à l’or. C’est avec l’effondrement de ce système, dont le principal point faible provenait du fait qu’il n’y avait pas suffisamment d’or pour faire face au besoin en monnaie, qu’est apparue la monnaie papier sous sa forme actuelle (monnaie fiduciaire). Ce faisant, l’or a perdu son statut de moyen de paiement. Avec l’abrogation de l’Executive Order 6102, le 31 décembre 1974, c’est-à-dire la fin de quarante années d’interdiction de détention d’or aux États-Unis, les investissements et les spéculations sont à leur tour devenus des facteurs qui influencent le cours de l’or.

Aujourd’hui, les ETF (exchange-traded funds) et ETC (exchange-traded commodities) jouent sans conteste un rôle majeur dans l’évolution du prix du métal jaune. Selon les experts, le volume d’or physique déjà extrait de terre s’élève à 166.000 tonnes, dont une grande partie a été transformée en bijoux (graphique 1). À environ 4.000 tonnes par an, dont seulement 3.158 tonnes nouvellement extraites (en 2015), l’offre d’or est relativement limitée. Les réserves mondiales d’or non extrait sont, de leur côté, estimées à 100.000 tonnes supplémentaires. Le métal, dont on trouve environ 280.000 tonnes dans le monde, soit l’équivalent d’un cube de 24,38 mètres de côté7, coûte environ 42.000 USD/kg, soit, au cours actuel, une enveloppe de 10.800 milliards USD pour le volume total. Même dans le monde actuel, où les gros chiffres ne sont pas rares, cela représente une coquette somme d’argent. Pourtant, la valeur économique réelle devrait être moins importante, du fait que l’or n’est pas utilisé dans l’industrie et que les quantités requises sont quasi inexistantes. L’ or n’est donc plus ni un moyen de paiement ni un métal industriel de premier plan. Mais alors, pourquoi l’or est-il si cher ? Près de 80 % de la demande d’or physique provient de particuliers. L’an dernier, les bijoux et les investissements sous forme de pièces et de lingots d’or ont représenté 3.281 tonnes sur une demande totale de 4.124 tonnes. Depuis les heures sombres de la crise des marchés financiers et de la crise économique mondiale qui s’est ensuivie en 2009, la demande d’or physique a bondi de plus de 30 %. Toutefois, l’augmentation sensible du marché des ETF jusqu’en 2013 et la tendance baissière suivie depuis, ce qui a eu un impact négatif sur le prix de l’or.

Est- ce que cela a réellement été le cas ? Le lien de causalité n’est malheureusement pas aussi évident. Il est tout à fait possible que le recul du prix de l’or soit à l’origine des sorties de capitaux des ETF sur l’or. Mais dans ce cas, la question se pose alors de savoir ce qui a déclenché la baisse du prix du métal jaune, qui avoisinait les 1.800 USD en 2011, à moins de 1.100 USD en 2015, puis son retour au-dessus de 1.300 USD. Selon une théorie qui a la vie dure, l’or représenterait une protection exceptionnelle contre l’inflation. Ni l’inflation, ni les hausses sur les marchés actions n’influenceraient le cours de l’or. En fin de compte, ne pourrait-il s’agir que du simple équilibre entre l’offre et la demande?

Pourquoi l’or est-il si cher?

L’or a toujours représenté un moyen (pratique) de faire transiter un patrimoine d’un système monétaire à un autre. Le métal jaune se dissimule facilement, contrairement à la plupart des autres actifs dits réels tels que l’immobilier et les biens fonciers.

Dans la mesure où des interdictions de posséder de l’or sont fréquemment promulguées en phases de réformes monétaires et d’hyperinflation, les particuliers n’ont guère intérêt à déposer leur or à la banque. Mais pour les investisseurs, l’or n’a pas tellement une fonction de sécurité dans ces périodes.

La faible corrélation du prix de l’or aux variations des cours boursiers et des taux d’intérêt nominaux fait du métal jaune un bon complément de portefeuille qui maximise l’effet de diversification potentiel.